Les couques de Dinant, vous connaissez?

Les couques de Dinant, vous connaissez?

nuage 13:19:54.jpg

Connaissez-vous les couques de Dinant?
Pour certains, ce sont des biscuits immangeables tellement ils sont durs, mais pour d’autres c’est un vrai régal quand on les laisse lentement fondre petit morceau par petit morceau dans la bouche avec un bon petit café….ou sans d’ailleurs!
Je fais partie de cette catégorie de personnes qui adorent les couques de Dinant!
Ces couques qui sont dures, voire même très dures ont des formes tout aussi variées que décoratives, mais avec un goût inimitable!
L’histoire des couques de Dinant remonte à l’Antiquité où les Romains fabriquaient un biscuit fin et plat à partir de farine de seigle, de miel, d’huile et de fromage de brebis….
Au Moyen-Age, les boulangers de la ville de Dinant reprirent cette recette qui s’était allégée au cours des siècles….
La légende dit qu’en 1466 alors que la ville était assiégée par Charles le Téméraire, il ne restait plus que de la farine et du miel aux Dinantais, et c’est ainsi que la fameuse couque serait née….elle aurait remplacé le pain pendant ce siège….
Ce n’est qu’à la fin du 18ème siècle qu’elle aurait commencé à être commercialisée.
On les trouve dans toutes les boulangeries et pâtisseries de la ville de Dinant, mais si vous n’avez pas l’occasion de vous y rendre, je vous en livre la recette…peut-être y-a-t-il un ingrédient secret ou un tour de main non divulgué en ce qui concerne la recette authentique, mais en tout cas celle-ci se rapproche vraiment très très fort des nombreuses couques que j’ai déjà eu l’occasion de manger !
Si vous désirez en savoir davantage, allez jeter un coup d’oeil sur le site de la Maison Collard…ils sont spécialisés dans la confection de ces couques depuis 8 générations, c’est dire leur savoir-faire et leur renommée n’est plus à faire!

Pour environ deux plaques de pâtisserie

  • 600 gr de farine
  • 470 gr de miel

Réalisation

Préchauffez votre four à 250°.

Chauffer doucement le miel afin qu’il soit tiède et liquide.

Mettez la farine dans le bol de votre robot et versez le miel par-dessus.

Pétrissez bien la pâte (heureusement que les robots existent !) jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.
Au début, elle vous paraitra sableuse,mais petit à petit la texture changera pour devenir lisse.

Si votre pâte vous parait trop friable, rajoutez un peu de miel, cuillère par cuillère en mélangeant bien.
Si au contraire elle vous parait trop liquide ou collante, ajoutez un peu de farine, toujours cuillère par cuillère.

Etalez votre pâte sur votre plaque à pâtisserie sur une épaisseur d’environ 1 cm et découpez-y les formes que vous désirez à moins que vous n’ayez des moules en bois comme pour les spéculoos….dans ce cas, faites en fonction de l’épaisseur de vos moules.

Enfournez pour 9 minutes.
Attention !! surveillez bien votre cuisson car le temps dépend en effet de l’épaisseur de vos couques!
Sortez-les lorsqu’elles sont dorées et laissez-les refroidir.

Gardées au sec, ces couques peuvent se conserver très longtemps!

Un petit truc si vous trouvez comme beaucoup qu’elles sont vraiment trop dures….

Mettez-les à réchauffer au four quelques minutes avant de les manger ou encore plus simplement quelques instants dans le grille-pain et vous verrez qu’alors elles deviendront plus molles… à ce moment là, plus de souci pour les manger!

C’est une véritable gourmandise qui ne demande qu’à se laisser apprivoiser et je suis très heureuse d’en avoir découvert la recette dans ce merveilleux petit livre “Couques et cramiques”…
couques et cramiques

Bon appétit!

nuage 13:20:13.jpg

nuage 13:20:32.jpg

nuage 13:19:33.jpg